Je commence à comprendre la méthode Sarkozy

Ce qui me plait dans la méthode Sarkozy c'est précisément le changement de méthode. D'abord la consultation des partenaires sociaux au sens large, c'est à dire tous ceux qui sont concernés par les changements nécessaires.

Que le pays ait besoin de changements, c'est à dire de réformes, tout le monde en est persuadé. Notre pays qui a tant d'atouts naturels et humains, des services publics, des infrastructures exceptionnelles et des entreprises performantes, ne peut pas continuer à accumuler les déficits structurels année après année, la croissance continuelle de la dette, une croissance économique faible, un taux de chômage élevé, la précarité et la faiblesse du pouvoir d'achat pour un grand nombre de nos concitoyens et la pauvreté criante pour d'autres. Ces dysfonctionnements que chacun observe et qui s'aggravent d'année en année depuis plus de 25 ans, ont forcément une cause. Nos politiques de gauche comme de droite n'ont pas su y remédier. Pourtant ce ne sont pas les projets de réformes qui ont manqué; combien de projets de réformes sont restés sans suite: dans l'éducation nationale, la réforme de la sécurité sociale du gouvernement d'Alain Juppé, la réforme de Bercy, le CPE du gouvernement de Villepin, et bien d'autres encore. Si de grandes réformes consensuelles ont été faites, on ne peut que regretter celles qui n'ont pas abouti et que nombre d'observateurs de tous bords donnent comme cause de notre morosité, de notre stagnation voire de notre déclin.

C'est donc que la méthode suivie pour faire passer les réformes, les faire accepter par l'opinion et les principaux intéressés, n'a pas été bonne. Comment expliquer autrement que nos voisins dans des conditions analogues de besoins de réformes, y parviennent avec le succès que démontrent leurs résultats économiques et leurs taux de chômage plus faibles, que ce soit les pays sandinaves, les Pays-Bas, le Royaume Uni, l'Espagne ou l'Allemagne.

L'espoir que suscite l'élection de Sarkozy est donc dans le changement de méthode; d'abord la promesse solennelle de tenir les engagements pris pour être élu, engagements qui sont clairement définis et avec précision dans le programme de l'UMP. Ensuite, la consultation des partenaires sociaux le temps qu'il faudra pour parvenir à des solutions consensuelles. Toutes les consultations faites à ce jour démontrent la bonne volonté du gouvernement. Les partenaires sociaux jusqu'à présent s'en réjouissent. Et je suis confiant que la transparence sera de mise pour toutes rencontres futures et le déroulement des négociations. Mais il faut un temps pour tout et un calendrier. Le gouvernement se fixe la fin de l'année 2007 pour parvenir à des accords avec les partenaires sociaux sur les différents dossiers qui importent pour les français. Il est exclu qu'il ne puisse pas y avoir de solutions. Xavier Bertrand l'a expliqué ce matin sur France Info. Si sur certains dossiers, on ne parvient pas à une solution, alors le gouvernement légiférera. Et c'est ici qu'interviennent d'une part l'ouverture et la future assemblée. Or tous les instituts de sondages prédisent d'ores et déjà une majorité UMP à l'assemblée. Voir ces prévisions basées sur l'analyse des résultats des élections présidentielles. On est encore à 4 semaines du 1er tour et les prévisions peuvent changer.

Beaucoup de points du diagnostic de l'état de la France et bien des similitudes avec la méthode Sarkozy, quant aux moyens de sortir notre pays de sa morosité, sont décrits par Bernard Kouchner dans son livre "le premier qui dit la vérité". Rien d'étonnant qu'il ait accepté, tout en gardant ses convictions, de faire partie du gouvernement au poste très important de ministre des affaires étrangères. Il doit en être de même des autres membres du gouvernement qui viennent du parti socialiste.

CHANGER DE MÉTHODE. Je retiens ce livre de Philippe Quême écrit en 2002 "L'ÉTAT PEUT-IL RÉUSSIR SES RÉFORMES " dont j'ai extrait la préface. Et celui-ci écrit conjointement par Serge July et Alain Juppé "entre quatre z'yeux" et cet article de l'iFRAP publié hier "l'espoir revient". C'est dit mieux que je ne pourrais le faire! Et c'est une façon de répondre à l'article suivant de Polémia.

Liens

Je souhaite donc que chacun vote en son âme et conscience et pour le bien du pays, lors des prochaines élections législatives. Voir les candidats dans notre 5è circonscription du Var.


Partager | Suivez moi sur twitter @pratclif

Mis à jour le 27/09/2016 pratclif.com